Actualité‎ > ‎

L'énergie photovoltaïque augmente-t-elle la facture d'électricité ?

publié le 6 oct. 2010 à 12:08 par Regis Castellani   [ mis à jour : 8 oct. 2010 à 00:44 ]
Une grande partie de l'argumentation sur laquelle se fonde le rapport de l'IGF (mission dirigée par M. Jean-Michel Chapin) repose sur une affirmation simple : l'explosion du photovoltaïque en France fait peser sur le portefeuille des Français un risque majeur.

Le rapport n'explique pas pour quelle raison ce risque n'a pas été identifié ni par l'Allemagne (avec son marché photovoltaïque 40 fois plus développé), ni par l'Espagne (12 fois plus développé), ni par le Japon, (10 fois plus développé), ni par les Etats-Unis (6 fois plus développé), ni par l'Italie (4 fois plus développé), ni par la République Tchèque (2 fois plus développé), ni par la Belgique (1,5 fois plus développé).

Il existe en fait 3 approches différentes d'évaluer l'éventuel surcoût de l'énergie photovoltaïque en France, surcoût affecté à la CSPE(1) payée par tous les consommateurs d'électricité en France :

- Un calcul basique de hausse de cette CSPE en fonction des scénarios retenus, à comparer avec les hausses de tarifs imposées par les autres énergies (en particulier le nucléaire),

- Un calcul réaliste qui repose sur les mêmes hypothèses, mais dans un environnement de hausse annuelle du prix de l'énergie, fixée par la loi,

- Un calcul analytique du surcoût du photovoltaïque en évaluant de manière plus précise le coût de référence à retenir.

(...)

Et ces 3 méthodes de calcul aboutissent à la même conclusion : non seulement l'enjeu de la filière photovoltaïque dans l'augmentation de la facture d'électricité des français est minime (de 0,4 à 1,2% par an selon les scénarios), mais elle est surtout dérisoire par rapport aux augmentations du tarif qui sont demandées chaque année par EDF de façon à financer les surcoûts exorbitants de la filière nucléaire sans diminuer sa rentabilité boursière. (...)

On découvre que le développement de la filière photovoltaïque ne peut pas avoir d’impact sur la facture d’électricité des Français, seulement sur la marge opérationnelle d’EDF qui verrait en effet une partie des hausses du tarif de l’électricité de ces 10 prochaines années lui échapper.

Les critères sur lesquels se fondent la plupart des détracteurs de l’énergie photovoltaïque (et en particulier M. Charpin dans son rapport) sont faux, et tendent à occulter aussi bien les avantages économiques du solaire photovoltaïque que les incertitudes majeures et les enjeux colossaux, auxquels l’industrie nucléaire (et indirectement les contribuables français) vont devoir faire face dans les 10 années qui viennent. 

Enerzine le 5 et 7 octobre 2010

Comments